Basiliscus plumifrons

aussi appelé Basilisc vert et Basilisc Jésus en Français et Stirnlappenbasilisk en Allemand
Iguanidae

Classe : Reptilia
Ordre : Squamatra
Sous-ordre : Sauria
Famille : Corytophanidae

Première description/classé par: Cope 1876

Origine : Amérique Centrale, surtout Costa Rica, mais aussi Honduras et Panama

Taille : 20 + 50 (femelles légèrement plus petites)

Apparence et distinction sexuelle :

Le Basiliscus est principalement vert brillant (smaragdin) avec du bleu et blanc à la gorge et des points plus foncés, verts et bruns sur le dos. La queue est plus foncée. Auprès des jeunes, le brun et noir dominent jusqu’à l’âge de 5 mois environ. Le mâle possède une double crinière sur la tête et une haute crinière sur le dos (voir les photos). Sa queue est particulièrement longue, occupant environ les 2/3 du corps.

Un mâle de 15 mois

Une femelle de 15 mois

Comportement :

Ce lézard est l’un des plus majestueux et intéressants par son comportement. Très vifs, mais aussi relativement agressif lorsqu’on tente de l’attraper, son comportement et toutefois l’un des plus passionnants à observer. Si vous cherchez un lézard actif et passionnant, que vous aimez observer plutôt que de manipuler, c’est le bon choix. Les mâles sont très agressifs entre eux et il est préférable de tenir un couple, ou eventuellement un mâle et deux femelles, dans le même terrarium.

Habitat :

Le Basiliscus plumifrons aime se percher sur la cime des arbres de la forêt tropicale, au-dessus de l’eau, d’où il se laisse tomber en cas de danger. Il adore nager et certains disent qu’ils l’ont l’a vu courir sur l’eau pour fuir.

Température :

préférée 28 – 30 (avec des points plus frais) ; maximale au point chaud : 36 ; nuit : 20-25

(une baisse temporaire progressive de la température jusuq’à 25 degrés pendant 4-5 semaines en parallèle à un diminution de la durée d’éclairage, avec les augmentations respectives et progressives par la suite, enclenche la reproduction)

Hygrométrie :

70 – 80%, le plus important étant un grand bac d’eau dans lequel le Basiliscus fera ses excréments. (faire passer la plaque/tapis ou le fil chauffant sous le réservoir d’eau).

Nourriture :

Insectes (grillons, crickets, blattes), rongeurs (nouveaux-nés), parfois, et dès qu’habitué à la pincette : cœur de bœuf et foie de vueau en fines portions, fruits tels pêches. Il est vorace et sa croissance et activité dépendent fortement de la quantité et qualité de nourriture. A partir de l’âge de 12 à 15 mois, veiller à ne pas le rendre obèse, car progressivement sa croissance ralenti à partir de cette âge pour être remplacée par la prise de corpulence. Ne pas oublier de poudrer un repas sur deux du calcium et des vitamines, surtout pour les femelles.

Reproduction :

Elle a eu lieu (chez moi) dès l’âge de 10 mois. Le mâle, comme de nombreux iguanes, s’approche de la femelle en hochant la tête avant l’accouplement (mais voir ci-dessous dans les particularités). La femelle pond plusieurs fois (2-4 fois) par saison entre 5 et 11 œufs dont la taille est de 1cm environ. Pour ce faire, elle choisit soigneusement un endroit suffisamment humide et chaud, et creuse jusqu’à une profondeur de 20 cms, puis recouvre le trou tout en restant quelque temps près de la galerie. Les petits naissent après 60 à 66 jours, rarement l’incubation peut durer jusqu’à 70 jours lorsque la température idéale, qui se trouve entre 30 à 32 degrés, n’est pas atteinte. Si les œufs sont laissés dans le terrarium, il est impératif de séparer rapidement les petits des parents qui ne se priveront pas de les dévorer. Eventuellement on peut couvrir la galerie avec un filet bien ancré pour les protéger. Personnellement j’extrais les œufs du terrarium au 58ème jour pour les placer dans un bac en plastique à moitié remplit de gravier fin et un peu d’eau dans un terrarium humide, qui sera par la suite la demeure des nouveau-nés. Les petits, qui ont une taille de 10-12 cms environ, mangent à partir du 3-5ème jour seulement des grillons moyens et du plancton des champs. Ils grandissent très vite et atteignent 30 cms au bout de 3 mois déjà.

Terrarium :

Un terrarium spacieux et plutôt haut que large est nécessaire. 1,5 m de haut est le strict minimum pour un couple. Le Basiliscus se placera toujours le plut haut possible pour dormir, mais descendra régulièrement se baigner et chasser. De solides branches et un grand bac à eau, ainsi qu’un substrat de 15 cms au moins (mélange tourbe, terre, sable) sont indispensables. Un chauffage au sol est absolument nécessaire pour la reproduction (par exemple un câble chauffant dans un lit de sable et recouvert d’un plexiglas ou d’une planche fine trouée pour laisser passer la chaleur).

L’humidification est importante, mais personnellement je n’ai pas d’humidificateur et je ne vaporise pas. J’ai placé un câble chauffant sous le bac à eau, ce qui suffit largement pour augmenter sensiblement l’hygrométrie la nuit (le fait qu’elle baisse le jour n’a pas d’influence néfaste). Des plantes naturelles permettent également de maintenir le taux d’humidité (ne pas oublier de les arroser) et participent à la fabrication de CO2.

Le bac à eau doit être vidé fréquemment, car le Basiliscus y pose la majeure partie de ces excréments, ce qui permet de maintenir le terrarium propre par ailleurs.

Un spot chauffant qui distribue des UVA/UVB 5% (de 100 Watts pour les terrariums moyens, 160 Watts pour les plus grands) est l’idéal, accompagné d’un tube néon simple ou de type aquarium (sans UV) pour un éclairage complémentaire (un éclairage important est indispensable pour provoquer le comportement de reproduction).

Particularités :

Les Basiliscus, surtout les jeunes, perdent parfois une partie de leur queue qui repousse rapidement. Il s’agit d’un des seul iguanes pour lequel on a observé la parthogénèse, c’est-à-dire une reproduction sans mâle (auto-fécondation de la femelle par division des cellules embryoniques).